Qu’est-ce que la rhinite hormonale

jouvence-ref

In Blog Posted

La rhinite non allergique est un syndrome résultant d’une inflammation nasale qui englobe plusieurs diagnostics distincts. Ce syndrome doit être distingué de la rhinite allergique, un syndrome que des anticorps produits par le système immunitaire appelés, l’immunoglobuline E (IgE), est supposé médier. La rhinite non allergique peut être diagnostiquée par le biais d’une évaluation clinique, d’un test cutané d’allergène ou d’un test de Radioallergosorbant (RAST).

Les rhinites allergiques et non allergiques peuvent avoir des symptômes persistants et tout aussi gênants. Selon son étiologie, la rhinite non allergique peut ressembler à la rhinite allergique en termes de rhinorrhée, d’éternuement, de prurit et de congestion. L’inflammation dans les deux types de rhinite peut induire une rhinosinusite aiguë chez un patient prédisposé en raison de blocages dans les passages intranasaux.

Quelles sont les causes de la rhinite ?

Les irritants ou les allergènes, substances qui provoquent une réaction allergique, peuvent provoquer une rhinite. Les cellules de votre corps réagissent à ces irritants ou allergènes en libérant de l’histamine et d’autres substances chimiques.

La rhinite est souvent une affection temporaire qui disparaît d’elle-même après quelques jours dans la plupart des cas. La rhinite peut durer de quelques semaines à plusieurs mois avec une exposition aux allergènes.

Dans d’autres cas, en particulier pour ceux qui souffrent d’allergies, la rhinite peut être un problème chronique.

La rhinite hormonale

Les patients peuvent présenter des symptômes de rhinite pendant les périodes de déséquilibre hormonal. Les œstrogènes sont connus pour affecter le système nerveux autonome au moyen de plusieurs mécanismes.

L’activité parasympathique centrale, la teneur en acétylcholine et l’activité de l’acétylcholine transférase sont augmentées. L’inhibition de la rétroaction des neurones sympathiques induits par les récepteurs alpha-2 est également accrue dans les états souffrant d’hyperœstrogénie. En outre, on pense que les œstrogènes augmentent les niveaux d’acide hyaluronique dans la muqueuse nasale.

Les causes hormonales les plus courantes de la rhinite sont la grossesse, la menstruation, la puberté, l’utilisation d’œstrogènes exogènes et l’hypothyroïdie.

La rhinite hormonale pendant la grossesse se manifeste habituellement à partir du deuxième mois et continue son évolution tout au long de la grossesse, pour cesser après l’accouchement.

Chez les patients atteints d’hypothyroïdie, l’œdème augmente dans les cornets à la suite de la libération de l’hormone thyréotrope ou TSH (thyroid-stimulating hormone). La congestion nasale et la rhinorrhée sont les principaux symptômes de la rhinite hormonale.

Le traitement est assuré par les soins et traitements symptomatiques de la maladie sous-jacente.

Dans les cas où le patient souffre d’une déviation de la cloison nasale, qui pourrait aggraver ses symptômes et lui causer encore plus de gêne, une intervention chirurgicale du nez s’avère très utile, permettant à la fois de remodeler le septum et de faciliter la respiration altérée par la rhinite.