La chirurgie esthétique : ce secret pour rester au top même à 50 ans

jouvence-ref

In Blog Posted

On l’avait trouvée époustouflante lors du dernier événement promotionnel organisé à l’occasion de la sortie de remake de Baywatch : Alerte à Malibu, Donna D’Errico, à presque 50 ans parait beaucoup moins jeune.

Connue pour avoir incarnée le rôle de Donna Marco dans Alerte à Malibu en 1995, elle a toujours espéré remporter un beau jour le fameux maillot de bain rouge, chose qui s’est récemment concrétisée.

Cette actrice Américaine a révélé lors d’une émission télé devoir son physique de rêve et sa transformation au bistouri, et cela, en subissant quatre interventions esthétiques le même jour.

En effet, pour retendre la peau des bras, pour raffermir l’abdomen et pour se faire réinjecter de la graisse au niveau des fesses, cette magnifique blonde a fait appel à un excellent chirurgien esthétique afin de se débarrasser de ses disgrâces.

Elle reconnait également être mal dans sa peau qui se relâche avec le temps et ne plus pouvoir entrer dans ses pantalons d’autant plus qu’elle avoue également ne plus porter des robes, faute de ses kilos superflus.

Bien que stressée, cette pulpeuse star ne reculera devant rien en entrant au bloc opératoire, car, elle est persuadée qu’elle retrouverait une silhouette de top model en quelques mois : « Je me sens désormais incroyablement bien, enfin j’ai trouvé mes baux bras fins. » dit-elle, après 3 mois de ses chirurgies. Mais quel type d’opération a-t-elle subi ?

Lifting des bras : Mode opératoire

C’est une intervention qui vise à supprimer le relâchement cutané sur la face interne des bras afin d’avoir un aspect plus ferme et plus tonique. Elle se passe sur deux étapes :

– L’aspiration de graisse qui est de retirer le surplus de graisse au niveau de la circonférence des bras.

– L’ablation du surplus de peau qui se fait selon le degré du relâchement, de ce fait, la cicatrice est soit horizontale se situant au niveau de l’aisselle si l’excédent cutané est modérée, soit en T et verticale si l’excédent cutané est moyen ou verticale le long de la face interne des bras si le relâchement est important.