Liposuccion Tunisie avis : Clinique Internationale Hannibal

A travers cette page vous pouvez visualiser quelques avis et témoignages de patients qui ont voulu signer leur satisfaction des soins et traitements chirurgicaux de notre clinique.

Obtenir un devis Gratuit

Cindy, 36 ans, Limoges.

Bonjour, je m’appelle Cindy, 36 ans et mère de 4 enfants. Après l’accouchement de ma petite dernière il y’a deux ans, j’ai décidé de sauter le pas car je n’en pouvais plus de ce ventre. Au début j’avais peur d’y aller toute seule puisque mon mari travaillait à un rythme fou mais les conditions de séjour et l’accompagnement assurés par l’agence m’ont réconforté. Ayant fait une augmentation mammaire ici en France, ce qui m’a d’ailleurs coûté 4100 €, j’ai décidé de me tourner vers l’étranger pour une liposuccion et une abdominoplastie.

Après une recherche approfondie, j’ai trouvé qu’en Tunisie les conditions de sécurité et de prix me correspondaient tout à fait. J’ai pris mon courage à deux mains et j’ai réservé mon billet. Une fois sur place, j’ai été accueillie à l’aéroport et pris en charge, de l’accueil, à l’intervention, jusqu’au jour de mon retour. Les interventions se sont bien passées dans de très bonnes conditions. J’ai porté une gaine de contention pendant trois semaines, au bout de 2 mois et demi, j’ai commencé à percevoir la forme de mon nouveau ventre. Ça fait maintenant un an que j’ai fait une liposuccion suivie d’une abdominoplastie et je peux vous dire que le résultat que je vois me satisfait amplement. Je compte désormais revenir vers la Tunisie pour profiter de ses plages et m’y dorer au soleil en portant mes deux pièces.

Arnaud, 42 ans, Bordeaux.

Cela fait plus d’un an que j’ai perdu 65 kg grâce à la pose d’un bypass gastrique, et maintenant que j’ai atteint le poids que je voulais et mis de l’argent de côté, j’ai recontacté la clinique Hannibal pour un lifting total afin de réparer mes cuisses mon ventre et mes bras. La raison pour laquelle je me suis adressé à cette clinique de nouveau, c’est la qualité de ses soins et ma satisfaction de ses prestations lors de ma première opération. Dès mon arrivée, j’ai été pris en charge et l’opération s’est bien déroulée. Au bout de six semaines de convalescence, je commence à mieux percevoir les contours de mon corps. Mais pas de douleurs notables, juste une légère insensibilité au niveau de mon ventre qui s’estompe de jour en jour. Quant au résultat final il sera visible après une année, donc je suis impatient.

Amélie, 27 ans, Clermond-Ferrand.

Coucou tout le monde, je suis Amélie, 28 ans je viens de perdre 10 kilos, mais je ne suis toujours pas satisfaite de ma silhouette. J’ai encore la culotte de cheval qui ne part pas ainsi que des bourrelets tenaces. J’ai décidé alors de franchir le pas et faire une liposuccion pour sculpter mon corps. Je me suis renseignée sur Internet et lus les avis des internautes pour enfin arrêter mon choix sur la Clinique Internationale Hannibal en Tunisie. Une fois là-bas, le jour de mon intervention j’étais un peu anxieuse, mais une fois la perfusion posée je me suis endormie et je n’ai rien senti jusqu’à l’après midi. En me ramenant à ma chambre, je saignais bizarrement de mon entrejambe, ce qui a m’a bien sûr inquiété, mais l’infirmière m’avait rassuré en appelant le chirurgien qui m’a posé un pansement compressif, chose qui a arrêté le saignement. Mais l’erreur que je regrette vraiment c’est d’avoir enlevé le vêtement compressif (qui va de ma jambe jusqu’en dessous de ma poitrine) pour le nettoyer des tâches de sang. En fait, je suis tombée dans les pommes tout de suite après l’avoir fait. Ma tension a dégringolé et j’ai fait des malaises. Donc, si j’ai un conseil à vous passer, c’est qu’il faut garder son panty au moins six semaines, les tissus cicatriseront mieux ainsi. Les douleurs étaient supportables, elles sont semblables à des courbatures le lendemain d’un entrainement intensif. Quant aux bleus, ils ne m’ont pas gêné plus que ça car mon chirurgien m’a expliqué en fait l’utilité de ces hématomes pour la cicatrisation. J’en suis à un mois après l’intervention, le résultat n’est pas tout à fait spectaculaire, j’attends encore de voir dans les deux mois prochains, je vous tiendrai au curant.

Léa, 26 ans, Nîmes.

Je viens tout juste de m’installer dans mon nouveau travail et j’ai décidé de me payer une liposuccion ventre pour enlever ces bourrelets disgracieux que je traînais depuis un certain temps. Je me suis renseignée auprès de certains amis qui ont recourus à la chirurgie esthétique à l’étranger. Pour un rapport qualité prix honnête j’ai suivi les conseils d’une amie qui est partie en Tunisie pour une implantation de prothèses mammaires il y’a de cela 9 mois. J’ai porté une gaine pendant 3 semaines. Maintenant après 6 mois, ma peau se retend de mieux en mieux et je commence à voir le résultat qui ne sera définitif qu’au bout d’une année. Mon opération a été un franc succès, je me rétablis bien mais j’ai dû suivre une hygiène de vie saine pour préserver le résultat de ma liposuccion et la rentabiliser au mieux.

Camille, 32 ans, Lille.

Avoir une poitrine ramollie et un ventre boudiné, ce n’est pas vraiment l’idéal pour mon côté charmeur. Je voulais donc, par la même occasion, enlever du gras de mon ventre et augmenter un peu la taille de mes seins. Donc la liposuccion du ventre était accompagnée par un lipofilling mammaire, et j’ai fait d’une pierre deux coups. J’ai décidé de recourir à ce genre d’intervention pour aspirer l’excès adipeux de mon ventre, et faire un lipofilling pour rembourrer un peu mes seins surtout la partie supérieure. En suivant les pas de ma belle-sœur qui a fait la même intervention, je me suis, tout naturellement, adressée à la même structure qu’elle, puisque je l’ai déjà accompagné et vu les conditions de séjour et de l’intervention. Après quelques jours où j’ai dû mettre des glaçons pour estomper les gonflements et les ecchymoses je peux maintenant, après 5 mois de l’intervention, admirer le corps de rêve que j’ai toujours voulu avoir.

Maëlys, 35 ans, Strasbourg.

Je voulais depuis un certain temps faire une liposuccion de la sangle abdominale, de mon cou ainsi que de mes bras, mais j’appréhendais l’anesthésie et la période de convalescence. En effet, je ne pouvais pas me permettre de prendre une longue durée de congé. Mais un jour, j’ai entendu parler de la Smartlipo, la machine qui permet de faire une liposuccion au laser, sans besoin d’une anesthésie générale et donc un temps de récupération plus rapide. J’ai tout de suite sauté le pas, et me suis adressé à la clinique Hannibal qui utilise ce genre de méthode. J’ai juste terminé de me reposer à l’hôtel à ma sortie de la clinique, et en rentrant chez moi j’ai pu tout de suite reprendre le travail. Ma peau s’est trouvée plus lisse et raffermie.


Lire aussi:
Liposuccion et lipofilling : les interactions